Le miroir de ma jeunesse
Benman

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Le miroir de ma jeunesse

Par Benman - 04-05-2013 10:38:27 - 6 commentaires

La rivalité Mc Enroe - Lendl dans les années 80 fait partie des classiques du tennis mondial.

30 affrontements de mars 80 à février 89, 15 partout.  

Et surtout, une opposition de styles:

Lendl: le robot qui renvoie tout, le cyborg qui n'a pas de sentiment.


Mc Enroe: le génial raleur au talent fougueux et au verbe haut.

 

Voici quelques morceaux choisis en video:

 Mais pourquoi je vous raconte ça au fait?

Ah, oui, j'ai souvent refait dans ma tête la finale de Roland Garros 1984, mais à l'envers.

Nous sommes le 10 juin 1984 : McEnroe mène 2 sets à 0 : 6-2 / 6-3 et se promène sur la terre battue de la Porte d'Auteuil. Il est en état de grâce et ne touche pratiquement plus la terre battue tant il survole les débats.

Le public commence à gronder de plaisir: son favori va enfin gagner à Roland. Le bad boy va endosser le fade tchèque en blanc.



Sauf que Lendl ce jour là, va effectuer une des plus extraordinaires remontées au cours d'une finale de Grand Chelem.

Au prix de points où il ne lache rien, il revient à 2 sets partout. Dans un dernier opus où chaque joueur est en permanence au bord du KO, il finira par dévorer le BigMac 7/5 au 5ème set après 4h38 d'un combat magistral, ponctué de coups gagnants de bucheron pour l'un, et de coup de pattes de chat sauvage pour l'autre.


 
  

J'ai rêvé que c'était l'inverse en fait. McEnroe était ce héros magnifique, qui tel Rocky ne meurt jamais, et finit par l'emporter. 

 

Je veux donc renverser le cours de l'histoire et renvoyer à Lendl le miroir de son exploit. 

En ce 1er mai, mes revendications d'enfance ont enfin été entendues.

J'en perds mon latin par poutratis:

"et certatim in luce Benman Fulgurex, et lux perpetua luceat eis. Tandem poutrando Benman Fulgurex"

Cela s'est passé au trail du Tacot en 2013.

C'est cette histoire que je vous raconte maintenant:


Le récit est ici : Trail du Tacot 26 km

 

 

 

 Au commentaire, John McEnroe, redevenu (presque) un gentleman (vous trouvez pas qu'il ressemble à JPP?)

Billet précédent: Tendre le bâton pour ne pas se faire battre
Billet suivant: A l'eau, non mais à l'eau quoi!

6 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 04-05-2013 à 13:22:02

Plutôt amateur de femmes, je ne me souviens pas vraiment de Lendl, McEnroe, Connors ou du français qui jouait coiffé d'une pieuvre sur la tête, non ; je me souviens de cette formidable finale de Roland Garros lors de laquelle Chris Evert a battu Navratilova pour sa dernière finale de Grand Chelem en 1986 à l'âge de 32 ans.
La finesse, la classe, l’œil, la distinction, Chris Evert était vraiment une très grande championne.

Commentaire de Benman posté le 04-05-2013 à 23:56:14

C'est très vrai. Merci de le rappeler. En plus elle râlait pas sur le court, et à l'époque, les filles tapaient les balles avec élégance sans faire des grands han han à chaque balle.

Commentaire de PhilKiKou posté le 04-05-2013 à 16:27:40

Beau coup d'oeil dans le rétro !!! Balles neuves ;-)

Et la finale Lendl/Chang fait aussi partie de l'histoire de Roland Garros

Commentaire de Benman posté le 05-05-2013 à 00:10:06

Cette "finale" (qui était un 8ème de finale en fait.. Chang gagnera 6 jours plus tard RG contre Edberg) mériterait un billet à elle seule. A montrer à tous ceux qui ont un coup de moins bien sur une course un peu longue.

Commentaire de Mustang posté le 06-05-2013 à 15:57:35

Je l'aimais bien Ivan, surtout son humour intérieur!

Commentaire de Benman posté le 07-05-2013 à 20:44:17

C'est parce qu'il avait une raquette Prince sans rire.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 84269 visites