Un parcours de pentes-côtes
Benman

Sa fiche

Un parcours de pentes-côtes

Par Benman - 19-05-2013 17:23:49 - 1 commentaire

Samedi de Pentecôte avec mon groupe de VTT, les "Z'easy Bikers", nous avons tenté de percer le secret de la fontaine de Jouvence à la rencontre de Suzon.
J'avais déjà lu des trucs sur cette Suzon...
 
Kezako? Kikourou rakonte...ce sera un décalogue:
 
prologue:
Retrouvailles à 9h, direction le Val-Suzon, haut lieu de trail et VTT de la région dijonnaise.
Nous attendons Jean-Michel-du-réveil-qui-chancelle (ben oui, c'est lui qui a la carte).
5 valeureux grognards ont répondu présent. Gageons qu'ils ont pu échapper à un WE de communion ou de profession de foi, voire pire, un WE chez leur belle-mère. (mais non belle-maman, je vous adore...)
9 h et quart, c'est le coup de pétard.
 
 
1- archéologue:
Voici Hauteville et son église du XIème siècle avec son porche-en-bois-fin-XVè (c'était la minute culturelle de Mr cyclo-raid)

Le sentier du Bouton d'Or nous amène devant Messigny-et-Vantoux. Nous longeons le Suzon.
J´ai perdu la tête depuis que j´ai vu Suzette, Je perds la raison chaque fois que j´vois le Suzon

ben oui, en fait, le Suzon, c'est ça...

2- hydrologue:
Au passage, nous surplombons la source et le moulin du Rosoir qui alimentent Dijon en eau.
Petit relevé du niveau de la source: tout va bien, pas encore de restriction d'eau à prévoir. Le Rosoir s'est transformé en arrosoir.
 
 
3- graphologue:
Nous nous abreuvons à la fontaine de Jouvence. Est-ce la que la Suzon de l'ouvrage a assuré sa descendance?
Nous découvrons une arche dans laquelle se trouve une étrange stèle représentant un compas, des ciseaux et une équerre... (eh oui, une fontaine construite par des maçons, quoi de plus para-normal).

Nous décidons de commencer une partie de pierre- feuille-ciseaux pour savoir qui mène le train (ou plutôt qui va nous trainer dans la boue..).
 
4- gérontologue:
Nous passons devant le lieu-dit "Baise-ma-mie". Nous décisons que nous ne somme pas des papys et ne nous éternisons pas dans le coin.
Décidément cette Suzon, elle nous en réserve des bonnes...

5- urologue:
Sainte-Foy, et cette fois, deuxième incantation à la pluie pour relever le niveau des sources alimentant Dijon. Non, le soleil ne veut pas lâcher l'affaire... Néanmoins, tout le monde s'aligne quand il s'agit de relever le niveau.
Voici une photo de fesses. Une prime à celui qui me retrouve la photo de face!

Nous décidons d'abandonner Suzon pour grimper autre chose.
 
Le Val Suzon, c'est un magnifique terrain de jeu pour tous les amoureux de la nature

6- andrologue:
Voici la terrible Combe à la Mairie. Grand prix de la montagne. Une fois des plus, nos Z'eazy jouent à celui qui a la plus grosse...    énergie pour se tirer la bourre et s'attendre, tout rouges et en sueur au sommet. 
hihihi, chais moi qu'ai gagné!

On joue à celui qui se fait le plus mâle! Les 5 ou 6 kilomètres suivants seront consacrés à nous raconter nos exploits en refaisant le match.
 
7- sexologue:
Nous traversons Etaules et son Eglise Saint-Valentin. Une petite pensée pour nos épouses (c'est quand même plus sympa de penser à elles ici plutôt qu'au lieu dit "Baise-ma-mie", non?)
Nous envoyons une carte postale à nos épouses depuis l'église Saint-Valentin... 

8- astrologue:
Nous finissons notre ascension le long de la Combe aux Geais, pour arriver au point culminant de notre périple: 542 m. La vue sur le Mont-Blanc est terrible paraît-il... par temps clair.
Nous avons passé le plus clair de notre temps dans la boue, et du Mont-Blanc nous ne verrons le bout.
Nous nous contenterons du Jura, ce qui est déjà pas mal.

Voici la vue avant notre magnifique printemps. Mais ça c'était avant.

9- météorologue:
Redescente par la Combe des Chénaux. ça sent l'écurie, bientôt chez nous.
D'ailleurs, ça sent plutôt l'ail sauvage.
Un ail, des aulx. Un printemps où on se caille, des chemins sous les eaux.
On baisse la tête pour passer sous les troncs qui barrent le chemin, avec quelques petites glissades et figures acrobatiques au passage. Petit regard à droite vers le magnifique lavoir.

Le Dicton du jour: Samedi au lavoir, Pentecôte à pleuvoir.
 
10- terminologue:

Nous tournons à droite au Bois Monsieur, oui madame. Nous remontons la côte Saint-Laurent pour arriver à un lieu magnifique.
Nous roulons avec passion et conviction parmi buissons, herbe à chatons et floraisons.
Une petite oraison car nous dominons Dijon; ce soir c'est L'Eurovision et demain, la mousson?
(voilà, c'était le mur des "ons") 
 

L'Eurovision, plus c'est long... plus c'est long.

Nouvelle traversée d'Hauteville, pas vraiment un bidonville.
Afin d'éviter un bide-en-ville, nous nous décrassons sommairement avant de nous séparer.
 
épilogue:
38 km et 600 m de D+. Ce petit parcours était bien valonné, un vrai parcours de pentes-côtes.
Un petit coup de décapeur thermique pour le vélo et le macho, et nous voici présentables pour se mettre les pieds sous la table.
 
image : http://sourirescyclistes.unblog.fr/

Fin du monologue, il est sur mon blog.
 
Le lien vers le parcours

Billet précédent: A l'eau, non mais à l'eau quoi!
Billet suivant: Comptine douce

1 commentaire

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 20-05-2013 à 07:48:51

Pas plus sec en Normandie ...

Ce que je vois, c'est que c'est pô facile de faire des photos en tenant le guidon, ce qui nous prive de belles photos, je suppose.

J'espère que ta mie n'a pas trop crié quand t'es rentré tout mouillé.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 102949 visites